12 jours d’actions contre la violence faite aux femmes

Le 25 novembre marque le début des 12 jours d’actions contre la violence faite aux femmes. Vous retrouverez donc sur le site internet et notre page facebook des citations entendues de femmes, d’enfants et d’intervenantes en lien avec la violence conjugale.

 25 novembre: La violence conjugale, c’est criminel!
 26 novembre:
La violence conjugale ne résulte pas d’une perte de contrôle, mais  constitue, au contraire, un moyen choisi pour dominer l’autre personne et affirmer son pouvoir sur elle.
 27 novembre: La violence conjugale est présente au quotidien de la famille qui la subit.
 28 novembre:
La violence conjugale n’est pas une chicane de couple, c’est une tentative pour contrôler la femme!

 29 novembre:

Papa a pris maman à la gorge, moi je pleurais, maman pleurait, papa lui était juste fâché!

 30 novembre:

La peur, l’insomnie, la honte, l’échec scolaire sont des conséquences de la violence conjugale chez les enfants.

 1 décembre 2017:

Tel que mentionnée par un texte signé Grand-mère Johanne Chayer: Je me souviens qu’il a fallu plus de soixante ans (1940 à 2006) pour obtenir l’équité salariale et que ce n’Est pas encore fini!

 2 décembre 2017:

Tous les plaisirs des premiers moments, des premiers contacts se sont tranquillement transformés en textos incessants, parfois en menaces cachées derrière l’écran, loin des regards de ceux qui nous entourent.(Filomena Mendoza, intervenante en sensibilisation de la violence amoureuse)

 3 décembre 2017:

Les parents et la société sont des modèles pour les enfants. C’est à nous tous de leur apprendre des comportements de non-violence.

 4 décembre 2017:

Il est important de se rappeler que la seule porte de sortie est de briser le silence et si le désarroi est trop grand, souvenez-vous que l’aide existe. (Filomena Mendoza, intervenante en sensibilisation de la violence amoureuse)

5 décembre 2017:

La maison d’hébergement m’a donné le gîte et couvert, mais encore plus important, j’y ai reçu écoute, soutien, réconfort et sécurité. Merci!

6 décembre 2017:

Les maisons d’hébergement aident les femmes et leurs enfants victimes de violence conjugale et ce, 24/24, 7 jours sur 7.

 

Merci

Dimanche le 10 septembre 2017 avait lieu le Tournoi de Golf organisé par le Bistro l’Autre Oeil et le dépanneur Rapido. Grâce aux généreux participants et participantes, l’Autre Chez-Soi a reçu un don important de plus de 7000$. Du fond du coeur MERCI à tous et à toutes pour cette extrême générosité.

Enregistrement d’un appel au 911

Voici un enregistrement d’un appel au 911. Lisa, une petite fille de 6 ans, appelle le 911 afin de sauver sa mère durant une épisode de violence conjugale. La violence touche tout le monde, Ensemble, arrêtons la violence.

Lien utilisé: http://youtu.be/G_ht2vAYPoc

Visite à l’Autre Chez-Soi

«Nous avons aimé notre expérience, nous avons beaucoup appris sur le métier de travailleuses sociales. Nous avons appris en voyant de nos propres yeux que les centres d’hébergement tels que l’Autre chez soi n’ont en rien le « look » d’un hôpital. L’endroit est accueillant  ainsi que les femmes qui y travaillent. On s’y croirait presque dans son propre chez-soi. L’endroit est organisé à merveille… Toute catégorie d’âge a son propre salon. Lors de notre moment passé au centre, les dames qui y travaillent ont pris soin de nous expliquer chacune leurs rôles. Les dames qui y travaillent encouragent fortement les gens à indiquer qu’ils aiment leur page Facebook, ce qui leur permet de se développer et faire en sorte que de plus en plus de femmes, d’enfants et d’ados prennent connaissance de l’existence de cet endroit et l’aide qui leur est offerte. De plus, nous avons appris que l’aide donné par l’Autre chez soi n’est pas simplement offert aux personnes qui y sont hébergées. Des personnes, femmes, enfants et adolescents peuvent bénéficier de l’aide des travailleuses sociales. En bref, ce centre d’hébergement répond à toutes les attentes des personnes en besoin. Notre expérience à leur côté a été gratifiante, on nous a même proposé de revenir faire du bénévolat lors de leurs activités d’Halloween organisées pour les enfants qui ont visité le centre durent l’année.»

 

Merci aux dames qui travaillent à cet endroit pour nous avoir donné l’opportunité de vivre un peu leur métier.

 

 

Joëlle Ouimet et Ève Bériault (étudiantes d’un jour de l’école aux adultes Centre l’Arrimage)